La Grand-Combe et ses châteaux

BlasonLGC2 (2)

.
Créé seulement en 1957, le blason de La Grand-Combe est « … accompagné de trois châteaux […] ouverts et ajourés aussi de sable… » dont on dit communément qu’ils sont ceux de La Levade, de Trouillas et de Portes. Qu’en est-il ? Cet article se propose de faire toute la lumière sur ces bâtiments historiques, derniers témoins du passé ancestral du territoire de La Grand-Combe.

De fait, cette commune ne fut crée qu’en 1836 par décret royal de Louis Philippe 1er, roi des Français. Les cinq communes environnantes qui firent apport de territoires, afin de constituer l’aire de cette nouvelle citée, sont : Blannaves (Branoux-Les Taillades), Laval(-Pradel), Les Salles du Gardon, Portes et Sainte Cécile d’Andorge, soit autant de communes qui feront l’objet de notre investigation en matière de châteaux.

Car si Cadet Rousselle a trois châteaux ou trois maisons (vidéo) selon la version de cette chanson populaire du XVIIIème siècle, le territoire de La Grand-Combe en compte une bonne dizaine que nous allons vous présenter en attendant de compléter notre enquête. Tâche que vous pouvez nous faciliter en nous communiquant vos informations en cliquant ICI.

CHÂTEAU DE CHAMPCLOS

SainteCeciledAndorge
.
Situé sur la commune de Saint Cécile d’Andorge, le château de Champclos serat visible depuis la route départementale de la Bégude, dans la vallée de l’Andorge, rivière qui a donné son nom à la commune. Qui aurait des information et/ou des photos sur cet édifice (Réponse s/CONTACT) ?

CHÂTEAU DE LA FAVÈDE

ChateauDeLaFavede

Autour de Branoux, Le château de La Favède, découvert grâce à l’association Loisirs En Marche

« Benjamin du Plan issu de la famille noble protestante des Ribot est né en 1688 en ce château. En 1710, à la suite de l’échec de la dernière tentative de révolte camisarde, il se voue au maintien et à la défense de la religion protestante. »

CHÂTEAU DU FRAISSINET

ChateauFraissinet.
.
Situé sur la commune de Branoux-les-Taillades 30110, près du lac des Camboux, le château du Fraissinet est un grand mas actuellement exploité comme gîte de tourisme.

 » Le château est situé au pied du parc national des Cévennes. Une région sauvage et magnifique – maintenant classée patrimoine mondial de l’UNESCO – qui forme la partie sud du Massif central. Cette région montagneuse a une histoire fascinante et enchevêtrée et a été colonisée dès l’époque romaine. En effet, Pliny déclare dans son histoire du monde que le fromage le plus prisé à Rome est celui du Mont Lozère, situé à environ 50 km au nord! Ainsi, bien que les Cévennes semblent lointaines, la région a été colonisée et combattue par les Wisigoths, les Francs, les Maures et les Sarrazins dès les temps les plus reculés.
Le village de Branoux, situé sur la colline juste derrière le château du Fraissinet, est relié au prieuré Saint-Pierre de Blannaves, situé à proximité. L’église du prieuré, fondée au 11ème siècle , surplombe les lacs de Camboux (3 km) et mérite une visite. Il est probable que l’établissement du prieuré était lié aux moines envoyés de monastères surpeuplés autour d’Avignon. Ces « frères» déplacés ont fondé de nombreux établissements et prieurés dans le Gard. Vers 1350, on commence à retrouver des formes anciennes du nom de Branoux dans les archives: Brannos, Branosco .
La plus ancienne mention du château du Fraissinet découverte à ce jour se trouve dans un livre ancien de 1640. À cette époque, le château était classé comme une ferme fortifiée présidée par un seigneur . La propriété comprenait également un moulin et était clairement une résidence substantielle qui possédait probablement la majeure partie de cette vallée. Nous savons par la population locale que les châtaignes étaient cultivées ici et il est encore possible de voir des arbres centenaires sur le terrain – en particulier dans les bois situés derrière les gîtes les Chataigners et les Tilleuls. Ces arbres produisent de très vieilles variétés de châtaigniers – la coopérative que nous avons choisie ne pouvait pas non plus les identifier. Ils continuent à fructifier abondamment en automne.

Quelques années seulement après l’ enregistrement du Seigneur au Château du Fraissinet, l’édit de Nantes – qui garantissait la tolérance religieuse – fut révoqué et les guerres de religion des camisards commencèrent. Des combats considérables se sont déroulés dans ce coin des Cévennes et il est écrit que Gédéon Laporte, un important dirigeant protestant, vivait à Branoux à la fin du XVIIe siècle.

En 1703, les camisards protestants mettent le feu à l’église de l’église de Blannaves (catholique) et la même année, le village de Branoux (protestant) est pillé et partiellement détruit, faisant 52 morts. Cette attaque a pour origine le curé du village voisin (catholique) de Saint-Cécile d’Andorge avec un groupe de 500 «Cadets de la Croix». À ce jour, il y a de la rivalité et de la méfiance entre les villages de St Cécile et de Branoux.

Il est raisonnable de supposer que le Château du Fraissinet a également souffert de ces batailles locales. Lors des rénovations du bâtiment, nous avons découvert des traces de ce qui ressemblait à un incendie et nous pensons que le château lui-même a été au moins partiellement détruit à cette époque. Il y a clairement plusieurs couches de construction, comme on peut le constater dans la cour.

Il est fascinant de spéculer sur les personnes qui ont peut-être vécu dans le château au cours des siècles depuis le Seigneur, mais il est très difficile de rechercher des archives. Les habitants parlent de « le comte» – le comte – dont il a apparemment été la résidence et à l’occasion, le titre a été attribué à Chris en plaisantant. Nous pensons qu’il est prudent de supposer que le Comte aurait eu un entourage de serviteurs et d’ouvriers et n’aurait pas entrepris ses propres rénovations comme le fait Chris!

Après la Seconde Guerre mondiale, le château du Fraissinet a été acheté par la mairie . Il est devenu un camp d’été pour les enfants de la région, une école d’électronique et enfin une usine pour la marque de sous-vêtements Hom. Ces changements d’utilisation impliquaient de nombreuses modifications internes et externes. Malheureusement, le bâtiment n’a pas été traité avec sympathie. Outre la mise à jour de l’électricité et la plomberie, de nombreuses caractéristiques originales ont été détruites et perdues.
Lorsque Chris et moi sommes arrivés en août 2002, accompagnés de quatre de nos enfants, le château du Fraissinet était dans un état de délabrement avancé, mais sa structure était saine. Nous avons emménagé à la fin d’un été très chaud, lorsque les murs de pierre du bâtiment avaient été réchauffés et que le bourdonnement des cigales résonnait des arbres. C’était comme le château de la Belle au bois dormant, entouré de sous-bois si rampants qu’il était impossible de voir la maison depuis les portes. Immédiatement, nous avons commencé à nettoyer le terrain, coupant à travers les ronces pour faire un chemin vers la rivière. Les deux premières années ont été consacrées aux jardins et à la maison pour rendre les gîtes opérationnels. Initialement, l’appartement du château, suivi des Châtaigniers et des Tilleuls. Lentement, travaillant presque entièrement sans aide extérieure, les autres gîtes ont été développés.
Les projets les plus importants à ce jour ont été la transformation de l’immense terrasse-jardin couverte, qui est devenue une aire de jeux couverte sans particularités, en un lieu de mariage et un yoga shala en été. Et, plus important encore, la construction de notre belle piscine avec sa série de petites piscines pour la détente et les invités plus jeunes. Pour cela, Chris a accepté d’engager un homme avec une excavatrice et un camion de béton prêt à l’emploi!
Aujourd’hui, les aménagements et les rénovations se poursuivent avec le détournement et le re-braquage de la cour afin de révéler les vieux murs de pierre et les fantômes des anciennes portes et fenêtres. Malgré ces indices, sans plans appropriés ni vieilles photographies, nous ne pouvons que spéculer sur l’aspect du bâtiment et des personnes qui auraient pu y vivre. Ce qui est certain, c’est que les invités qui visitent le Château du Fraissinet en vacances s’ajoutent à la riche tapisserie tissée entre ses épais murs de pierre et ses motifs ombragés, qui font désormais partie de son récit fascinant.
NB : Par le nom Pliny il faut lire Pline l’ancien …..

MIDI LIBRE

Branoux-les-Taillades. Le quartier, excentré dans la boucle du Gardon, abritait une importante unité de confection de sous-vêtements, employait, voici un quart de siècle, une centaine de personnes, des femmes principalement.

 

Puis vint la délocalisation vers la vallée Ricard, dans un atelier neuf et ultra moderne, avant la descente aux enfers et la liquidation. Depuis, l’immense bâtisse a tout perdu de sa vocation industrielle pour devenir une demeure privée “le château du Fraissinet”. Comment ne pas rappeler que cette propriété s’étendant jusqu’au camping du Fraissinet, aujourd’hui Le Font de merle, était une enclave grandcombienne. Mais tout semble être depuis rentré dans l’ordre. Le quartier branousien, par son camping entièrement métamorphosé et moderne, s’est radicalement tourné vers le tourisme avec, comme décor la rivière.

Qui ne se souvient pourtant que le bon vieux Gardon, à une époque où aucun barrage ne barrait son cours, était le paradis des baigneurs de quasiment la moitié du canton. Des secteurs étaient même devenus célèbres entre les Camboux et les Taillades et les tempes grises ne les évoquent-ils pas régulièrement, lorsqu’ils évoquent les baignades d’antan, où il fallait jouer des coudes pour étendre sa serviette. La prise, les ronds-plats, le gour des Espagnols et bien d’autres, sont autant de lieux de rassemblement pour les jeunes et les moins jeunes des années 1960, à une époque où l’on ne parlait pas de piscine.
Les temps ont donc bien changé, car désormais peu de personnes, hormis les touristes osent se baigner dans le bon vieux Gardon.

CHÂTEAU DE LA LEVADE

ChateauLaLevade
.
Le château de La Levade est en fait une grande maison de maître du XIXe siècle, et est peut-être l’un des trois châteaux que le peintre Marcel Feydédié dessina sur le blason de La Grand-Combe. La première pierre aurait été posé pour le nouveau maire de La Grand-Combe François (Pierre, Marie) BEAU, né le 19.10.1815 à Morlaix † 14.09.1879 à Vals-les-Bains, officier de la Légion d’Honneur. Polytechnicien, École des Mines. Directeur d’exploitation de la Cie des Mines de 1849 à 1863. Maire jusqu’en 1863. Conseiller général du Gard en 1858, 1861, 1871, 1874.

Aux temps de la Cie des Mines des années 1946, il servait à loger les hôtes de marque de l’Administration des Houillères, pratique qui perdura jusqu’à la fin des années 50, avec l’hébergement des jeunes ingénieurs célibataires qui n’avaient pas de logement.

En septembre 1947, ils déboursaient, pour résider en ces lieux, pour avoir en quelque sorte, « une vie de château », un loyer mensuel de 2 238 (anciens) francs, somme qui leur était retenue par les services de la Paye de la rue Soubeyran à Alès.
Qu’en pensez-vous (Réponse s/CONTACT) ?

CHÂTEAU DE LA POMARÈDE

à venir …

CHÂTEAU DE PORTES

ChatPortes1
.
Aussi appelé le « Vaisseau des Cévennes« , ce château fort de la fin du Moyen-Âge, remanié durant la période dite de la Renaissance, est situé sur la commune limitrophe de Portes.

Il surveillait sur dix lieues, l’ancien chemin de Regordane, qu’empruntaient les pèlerins de Saint-Gilles (du Gard), ville où les Croisés s’embarquaient vers la Terre sainte. C’est assurément le premier des châteaux du blason de La Grand-Combe.

CHÂTEAU DU PRADEL

ChateauDuPradel
.
Situé sur la commune du Pradel, désormais Laval-Pradel, le château du Pradel, à ne pas confondre avec les ruines du château de Trouillas, fut aussi un ancien relais de poste, qui a somme toujours belle allure.
1652 – En cette année, la terre et la Seigneurie du Pradel entrent dans la famille Roquefeuil-Gabriac, puis elle sera cédée au Sieur de Trouillas, Joseph Mathieu Deleuze qui la revendra au Marquis de Castries.
1789 – Après la révolution, le château et ses dépendances appartiennent à divers négociants des environs et …
1914 – … par actes du 19 février 1914 et du 12 mai 1918, il est vendu à la Compagnie des mines de la Grand-Combe.
1924 – M. l’abbé Larguier curé du Pradel [prédécesseur de l’abbé Henri Chambon -1954] [bénéficie ? d’un] bail [de 10 ans] pour [une] salle de réunion et [un] terrain au château du Pradel (Réf. Arch. Rochebelle 6D12).
1990 – La Commune de Laval-Pradel rachète [le château] aux Charbonnages de France.

Composition : Deux ailes à vocation agricole sont rajoutées au XIXe siècle, au bâtiment d’origine rectangulaire pour lui donner sa configuration actuelle en forme de U. Il est composé de deux étages sur rez-de-chaussée plus un comble. Aux quatre angles se trouvent des échauguettes circulaires en briques. Des moellons de calcaire irréguliers ont été utilisés pour le gros oeuvre, et des pierres taillées pour les chaînages d’angle et les encadrements de baies. La porte d’entrée (du côté opposé à la route actuelle) se compose d’un encadrement en légère saillie. Les fenêtres sont à croisées avec linteaux et arc de décharge cintré ou en bâtière. Le comble prend jour sur l’extérieur par 5 occulis de chaque côté du bâtiment. Le corps du bâtiment est partagé en appartements d’habitation. L’aile droite rénovée s’est transformée en salle polyvalente utilisée pour les fêtes et les animations culturelles de la commune.

Source : mairiedelavalpradel.fr

CHÂTEAU DE SAINTE FOIX

BlasonBranoux
.
Sur la commune de Branoux les Taillades, anciennement Blanaves, et selon un article sur Wikipédia « un château fort est construit sur un éperon rocheux à La Devêze, le château de Sainte-Foix, dominant la vallée du Gardon, lieu de passage important entre Languedoc et Gévaudan. On trouve des vestiges d’anciens chemins médiévaux pavés sur les hauteurs de Branoux[-les-Taillades]. »
Qu’en pensez-vous (Réponse s/CONTACT) ?

CHÂTEAU DES SALLES DU GARDON

ChateauSallesDuGardon
.
Ce château est situé sur la commune des Salles du Gardon, du nom de la rivière qui la sépare de La Grand-Combe. Un manuscrit de 1345 indiquerait une origine germanique de l’appellation « Salles » comme étant « sala », signifiant « château » ; mais plus sûrement une autre étymologie donne « salle » pour une grotte.

En effet, les rives du Gardon abritent nombre de grottes qui auraient servi d’hôpital pendant la guerre des Camisards. Ce n’est pas l’un des trois châteaux du blason de la Grand-Combe.

CHÂTEAU DE TRESCOL

TrescolGouffre.
Il n’y a malheureusement plus trace de cet édifice ! Les vestiges du château de Trescol furent probablement démolis au XIXe siècle pour laisser place au puits de mine de la Trouche.

A notre humble avis, ce castel serait bien le troisième château du blason de la Grand-Combe. Qu’en pensez-vous (Réponse s/CONTACT) ?

CHÂTEAU DE TROUILLAS

trouilla

.
.
Du château de Trouillas, il ne reste plus que le socle et trois de ses tours d’angle sur les quatre initiales. Voilà le deuxième château représenté sur le blason de La Grand-Combe.

1350 – cet édifice fut construit du 12ème au 14ème siècle.
1750 – le charbon y fut exploité sur ces territoires en cette période.
1793 – mentionné sur Saint-Andéol de Trouillas, commune aujourd’hui rayée de la carte.
1802 – mention sur le site cassini.ehess.fr de Saint-Andéol de Trouillas.
1826 – la commune de Saint-Andéol de Trouillas est rattaché à celle de Laval-Pradel.

§

P.T.T ? voilà le résultat de ce tiercé, soit un moyen mémotechnique de se souvenir des trois châteaux figurant sur le blason de la Grand-Combe : Portes, Trouillas, Trescol, et un lot de consolation, sous forme d’hommage aux six autres postulants (provisoires ?), les châteaux de Champclos, du Fraissinet, de La Levade, du Pradel, de Sainte Foix et celui des Salles du Gardon.

Bon ! comme on disait autrefois dans les services de l’ancienne Administration des P.T.T. (Postes Télégraphe Téléphone) alias La Poste : cette quête des vieux castels de notre bonne ville ne fut en fait qu’un Petit Travail Tranquille 😉
Qu’en pensez-vous (Réponse s/CONTACT) ?

§

Texte original : Mas de la Regordane/GD.
Première publication : 05.12.2017
Dernière révision : 16.08.2019

Une réflexion sur “La Grand-Combe et ses châteaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.