LGC4
.

« Celui qui n’aime pas son pays n’est pas loin de ne pas aimer les gens. Et celui qui n’aime pas les gens, c’est une brute épaisse, même si c’est des gens qui ne pensent pas comme lui » – (Extrait de J-P Chabrol, « Les Cévennes par ses gens. »)

Quand je vivais à La Grand’Combe dans les années 50/60, ma famille bénéficiait d’une grande maison qui était toujours pleine de gens très divers.

Alors que je revenais du lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès, je trouvais toujours chez nous, des personnages hauts en couleurs : mes grands parents, oncles, tantes, cousins, descendus d’Auvergne, plusieurs des quelques cent ingénieurs des Mines de La Grand’Combe et d’Alès qui venaient, seuls ou en famille, visiter mon père à qui, de plus, je demandais :
– « Et qui sont ces jeunes gens assis là-bas ? »
– « Ah, ce sont des auto-stoppeurs que j’ai récupérés sur la route. Ils dineront avec nous et dormiront dans les chambres d’amis. »

C’était là une Europe avant l’heure avec de jeunes touristes allemands, suédois, suisses, espagnols …etc. que mon père, partant tôt le matin pour sa tournée des sites d’exploitation des H.B.C. (Houillères du Bassin des Cévennes), déposait le lendemain sur la route du retour vers leurs foyers.

Enfin après avoir parcouru le monde, avec Marseille pour base arrière, j’ai décidé de renouer avec cette tradition familiale d’accueillir famille, amis et tous gens de bonne compagnie dans un grand mas, à La Grand’Combe où j’ai vécu toute mon enfance.

regordane

2017 – Ainsi est né le « Mas de la Regordane », ainsi nommé parce ce qu’il est situé sur l’ancestral chemin de Regordane qui permettait aux temps anciens, de relier l’Île de France à Saint Gilles du Gard, ville qui baignait alors ses remparts dans la méditerranée et ouvrait son port vers le Levant.

L’actuel GR 700 emprunte plus ou moins cette voie Regordane et notamment 10 km en amont de notre mas, le long du fier Château de Portes, célébré comme le « Vaisseau des Cévennes » et 10 km en aval, au Mas Dieu, commune de Laval-Pradel avec son église du XII° siècle, lieu de pèlerinage ancestral, repris par les milliers de mineurs de charbon de la Grand-Combe dans les années 50, lors d’émouvantes retraites aux flambeaux..

« Je partirai d’ici quand je ne pourrai plus me suffire à moi-même, mais tant que je pourrai, je resterai là, parce que c’est mon pays natal, parce qu’il me plait. J’aime les Cévennes, voilà. » – (Extrait de J-P Chabrol, Les Cévennes par ses gens.)
.

BouletLeCroissant
.
Nous avons reproduit ce mode de vie, au gré de nos nombreuses mutations dans les lieux suivants :

1947 – Château de La Menquine, 30110 La Levade
1952 – Villa Ingénieur de la Forêt, 30110 La Grand-Combe (détruite)
1953 – Villa du 7, rue des Tilleuls, 30110 La Grand-Combe
1961 – Villa du 9, rue des Églantiers, 30110 La Grand-Combe
1964 – Château de la Houve à Creutzwald, (Villa N. Dame de la Clairière)

1968 – Hôtel particulier de la Comtesse de Pimodan, 75016 Paris.
1972 – Caserne du 42ème Rimeca, FFA, Wittlich, Allemagne
1973 – Ambassade de France, Lalleli Cadesi, Istamboul, Turquie
1974 – Résidence Cardinet, avenue de Clichy, 75017 Paris
1975 – Résidence Mesmer, 57140 Woippy

1977 – Hôtel de la Blancarde et de la Suisse Réunies, 13005 Marseille
1977 – Villa les Roches Blanches, le Roucas Blanc, 13007 Marseille
1977
– Villa rue Emile Duclos, 13012 Marseille
1977 – Château de la Clue, la Treille, 13011 Marseille
1977 – Maison de la Place de Venise, 13007 Marseille

1978 – Anciennes Galères Royales, rue des Picpus, Marseille (détruit)
1978 – ARS, rue d’Isoard, 13001 Marseille
1978 – Hôtel particulier Bagnis-Davin, rue Duguesclin, 13001 Marseille
1979 – Résidence Île de France, avenue du Prado, 13008 Marseille
1980
 – Résidence Beau Soleil, avenue Gabrielle, 13008 Marseille

1981 – Résidence les Néréides, avenue d’Odessa, 13009 Marseille
1982 – Villa Luce, ex Ambassade du Canada, 13008 Marseille
1984 – Cité radieuse, «Le Corbusier»,«La Maison du fada» 13008 Marseille
1985
– Résidence Saint Didier, rue des Sablons, 75016 Paris
1986 – F.C.J.T. rue Albert Einstein, 13794 Aix les Milles

1986 – Résidence du Four, rue du Vieux Four, 84360 Mérindol
1986 – Hôtel des marchands, place Plumereau, 37000 Tours
1987 – Résidence Haïfa, rue de Mazargues, 13008 Marseille
1987
– Hôtel particulier St Jacques, rue Sylvabelle, 13006 Marseille
1988 – Résidence Le Naja, 28 boulevard Garibaldi, 13001 Marseille

1988 – Résidence Madeleine, bd de la Libération, 13001 Marseille
1989 – Résidence les Hauts Cépages, 13260 Cassis
1989 – Résidence le Loano, 13260 Cassis
1990 – Résidence La viguerie, rue Alphonse Daudet, 13260 Cassis
1991
– Château de la Vie, rue Paradis, 83560 La Verdière

1993
 – Villa, chemin du Réal Vieux, 83470 Saint Maximin
1996
– Résidence Daytona, Orlando, U.S.A.
1998
– Résidence des Ferrages de Guilhempierre, 04100 Manosque
1999 – Résidence Désirée Clary, rue de Ruffi, 13003 Marseille
2000 – Hôtel de la Banque Bonnasse, allées Léon Gambetta, Marseille

2004 – (02) Hôtel (ex) de Police, 21 rue de la Rotonde, 13001 Marseille
2005
– (10) Résidence du Général Abéma, Yaoundé, Cameroun
2005
– Domaine de la Rouvière, Font de St Jean, 83470 Saint Maximin
2010
– Résidence Providence, rue de la Providence, 13001 Marseille
2014 – (02) Villa les Fauvettes, bd des Fauvettes, 13011 Marseille

2018 – Mas de la Regordane, rue Mas Lafont, 30110 La Grand-Combe

désormais, la boucle est bouclée. 🙂

§

Source : Mas de la Regordane©
Première publication : 12.10.2017
Dernière mise à jour : 25.01.2017

 

Publicités