LGC4

.

« Celui qui n’aime pas son pays n’est pas loin de ne pas aimer les gens. Et celui qui n’aime pas les gens, c’est une brute épaisse, même si c’est des gens qui ne pensent pas comme lui »
(Extrait de J-P Chabrol, « Les Cévennes par ses gens. »)

Quand je vivais à La Grand’Combe dans les années, ma famille bénéficiait d’une grande maison qui était toujours pleine de gens très divers.

Alors que je revenais du lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès, je trouvais toujours chez nous, des personnages hauts en couleurs : mes grands parents, oncles, tantes, cousin(e)s, descendus d’Auvergne, plusieurs des quelques cent ingénieurs des Mines de La Grand’Combe et d’Alès qui venaient, seuls ou en famille, visiter mon père à qui, de plus, je demandais :

– « Et qui sont ces jeunes gens assis là-bas ? »
– « Ah, ce sont des auto-stoppeurs que j’ai récupérés sur la route. Ils dîneront avec nous et dormiront dans les chambres d’amis. »

C’était là une Europe avant l’heure avec de jeunes touristes allemands, suédois, suisses, espagnols …etc. que mon père, partant tôt le matin pour sa tournée des sites d’exploitation des H.B.C. (Houillères du Bassin des Cévennes), déposait le lendemain sur la route du retour vers leurs foyers.

Enfin, après avoir parcouru le monde, j’ai décidé de renouer avec cette tradition familiale d’accueillir : famille, amis et tous gens de bonne compagnie, dans un grand mas à La Grand’Combe où j’ai vécu toute mon enfance.

regordane

2017 – Ainsi est né le « Mas de la Regordane », ainsi nommé parce ce qu’il est situé sur l’ancestral chemin de Regordane qui permettait aux temps anciens, de relier l’Île de France à Saint Gilles du Gard, ville qui baignait alors ses remparts dans la méditerranée et ouvrait son port vers le Levant.

L’actuel GR 700 emprunte plus ou moins cette Voie Regordane et notamment 10 km en amont de notre mas, le long du fier Château de Portes, célébré comme le « Vaisseau des Cévennes » et 10 km en aval, au Mas Dieu, commune de Laval-Pradel avec son église du XII° siècle, lieu de pèlerinage ancestral, repris par les milliers de mineurs de charbon de la Grand-Combe dans les années 50, lors d’émouvantes retraites aux flambeaux..

« Je partirai d’ici quand je ne pourrai plus me suffire à moi-même, mais tant que je pourrai, je resterai là, parce que c’est mon pays natal, parce qu’il me plait. J’aime les Cévennes, voilà. »
(Extrait de J-P Chabrol, Les Cévennes par ses gens.)

.

BouletLeCroissant

§

Source : Mas de la Regordane©
Première publication : 12.10.2017
Dernière mise à jour : 21.01.2019

 

Publicités