Ne restez pas assis !

Do not remain seated ! Ne restez pas assis !

Cette activité innocente bloque la moitié de l’irrigation sanguine de vos jambes en 60 minutes, et réduit votre espérance de vie de 2 heures chaque fois que vous la faites

Chère lectrice, cher lecteur,

chaque cigarette fumée, réduit votre espérance de vie de onze minutes.

Mais chaque heure que nous passons assis, la réduit de deux heures !

En position assise, les muscles fondent, les vaisseaux sanguins s’encrassent, la graisse s’accumule, et même nos os deviennent comme du chewing-gum. En effet, comme nos muscles, ils ramollissent quand on ne les sollicite pas.

L’absence de contractions musculaires réduit le flux sanguin à travers le corps. Les processus biologiques sont ralentis. Les fonctions métaboliques et cardio-vasculaires s’enrayent : par exemple, le glucose du sang n’est pas brûlé, il abîme les petits vaisseaux sanguins (capillaires) et réduit la sensibilité des cellules à l’insuline.

Selon une méta-analyse réalisée en 2012, les personnes qui passent beaucoup de temps assises ont deux fois plus de risque d’être atteintes de diabète ou d’une maladie cardiaque que celles qui le sont très peu.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’excès de temps passé assis constitue la quatrième cause de mortalité.

Les ravages de la civilisation du canapé

Dans les maisons, les bureaux, les lieux et transports publics, partout nous trouvons des sièges rembourrés, des fauteuils, des canapés qui nous permettent de vivre assis, voire vautrés.

À tel point que nous avons oublié qu’il n’existe rien qui ressemble à une chaise dans l’environnement naturel.

Traditionnellement, les hommes s’asseyaient par terre, éventuellement adossés à un rocher. Ou alors sur une pierre ou un tronc d’arbre. Mais ces positions « inconfortables » les obligeaient à maintenir leurs muscles toniques.

Pendant des millions d’années, il n’y a rien eu dans la vie courante qui ressemblait à une chaise, et encore moins à un fauteuil. La position assise était inconfortable et obligeait à maintenir les muscles toniques.

Chez les Égyptiens, puis les Romains, il y avait une sorte de chaise réservée au pharaon et aux personnalités importantes (chaise curule).

C’est l’origine du « trône » de nos rois, un symbole de pouvoir.

S’asseoir était le privilège du seul roi ! Tous les autres se tenaient debout. Ici, la grande salle du trône du palais d’Hiver de Saint-Petersbourg, en Russie.

Ce privilège s’est transmis aux églises chrétiennes, où historiquement seuls les chefs (les évêques) avaient le droit de s’asseoir sur une chaise ! Le mot « cathédrale » ne désignait d’ailleurs pas à l’origine le bâtiment, mais la chaise de l’évêque qui se trouvait à l’intérieur (cathedra : « siège à dossier » en grec) !

Ce n’est que tout récemment que les églises ont été remplies de chaises. Dans les peintures anciennes, vous ne voyez aucune chaise dans les églises !!

La cathédrale d’Anvers, peinte au 17e siècle : on s’y promenait (avec son chien !), on s’y rencontrait, on y discutait, mais personne n’était assis sur une chaise, sauf le chef de l’église, l’évêque. Au Moyen Âge, les nobles avaient même le privilège de circuler à cheval à l’intérieur.

Pour les autres, ma foi, ils se tenaient debout.

La récente invasion des chaises

L’invasion des chaises et fauteuils dans nos vies n’a commencé qu’au 18e siècle en Europe, avec le développement du « style » Louis XV, puis Louis XVI. Les banquets ne se tenaient plus autour de tables à tréteaux autour desquelles on dansait, mais les gens ont commencé à vouloir passer des heures à table ou à parler dans des salons.

Les fameuses « bergères Louis XV » ont été les premiers fauteuils de masse confortables à se répandre dans les intérieurs. Mais ils étaient, bien sûr, réservés aux riches.

Néanmoins, ces chaises et fauteuils restèrent longtemps extrêmement inconfortables. On n’était d’ailleurs pas censé s’appuyer sur le dossier, et encore moins se balancer dessus – ils étaient trop fragiles pour cela.

L’irrésistible canapé moderne

Aujourd’hui, nous sommes entourés de fauteuils et de canapés hyperconfortables.

Même si vous n’avez aucune intention de vous arrêter pour vous y poser, leur forme est tellement attirante que, rien que pour le plaisir, vous avez envie de vous y jeter et d’y rester !

Les canapés modernes ressemblent souvent à des lits. Même si ce n’était pas notre intention, le simple fait de passer à côté nous donne l’envie de nous y écrouler, pour le plaisir.

Il faut donc une capacité de résistance hors norme pour rester debout, marcher, surtout quand nos voitures, elles aussi, sont si confortables et faciles d’utilisation. On appuie sur un bouton et, hop, ça démarre !

Presque impossible de compenser

Il est illusoire d’imaginer compenser toutes ces heures passées assis en faisant du sport.

Les bienfaits pour la santé d’une heure de sport sont totalement anéantis par six heures passées en position assise !

Pour ma part, je me suis équipé d’un bureau qui me permet de me tenir debout, comme sur la photo ci-dessous :

Il possède un ingénieux système de pieds télescopiques qui me permettent de le baisser pour y travailler assis.

Certains ont même sous leur bureau un tapis roulant qui leur permet de marcher en tapant sur leur clavier. Je n’ai jamais essayé, mais je suppose que c’est amusant (le prix aussi doit être « amusant », d’ailleurs).

Pour une santé optimale, il faut faire 10 000 à 15 000 pas par jour. C’est beaucoup, et on n’y parvient pas dans la plupart des professions sans prévoir spécifiquement des itinéraires à parcourir à pied chaque jour.

Je vous encourage vraiment à tout faire pour vous mettre debout, et marcher, chaque fois que vous le pouvez. C’est une des choses les plus simples et les plus importantes à faire pour votre santé.

Le seul « détail » (qui n’en est pas un, car c’est en fait très important) est de soigner votre posture pour être bien debout, et marcher comme il faut. L’idée générale est d’être droit mais détendu, en maximisant la distance entre le bassin et les épaules.

Je vous donnerai prochainement des informations précises et très utiles à ce sujet, apprises auprès du Dr Bernadette de Gasquet, la spécialiste des postures.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

§

Source : Santé et Innovation.
Posté sur Internet le : 31.01.2018

Reblogué par : Mas de la Regordanne /GD
Première parution : 31.01.2018
Dernière mise à jour : 31.01.2018

Publicités

Listing sociétés 30110 La Grand-Combe

LGCjaime.JPG
Listing des organismes bénéficiant du régime de la TVA
Cliquez sur le lien de l’entreprise pour obtenir son n° TVA

Num.

A / À

B

C

D

E / É / È

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

§

Listing non encore classé alphabétiquement


Toutes les données de ce site proviennent exclusivement de l’open data de la base des sirenes

§

Source : tva-intra-gratuit.fr
Mise en page : Mas de la Regordane / GD
Première publication : 30.01.2018
Dernière mise à jour : 01.02.2018

Les Frères de La Grand-Combe

JBdeLaSalle
Portrait : Saint Jean Baptiste de La Salle

Saint Jean-Baptiste de La Salle est un ecclésiastique français et un innovateur dans le domaine de la pédagogie, qui a consacré sa vie à éduquer les enfants pauvres. Il est le fondateur de l’institut des Frères des Écoles chrétiennes (Wikipédia). Né sous le règne de Louis XIV, le 30 avril 1651 à Reims et décédé le 7 avril 1719 à Rouen, sous le règne de Louis XV ; il fut béatifié le 19 février 1888 à Rome par le Pape Léon XIII.
 

ÉVOCATION D’UN PARCOURS AVEC
LA COMMUNAUTÉ DES FRÈRES DE TRESCOL*
(* Trescol est un quartier de La Grand-Combe.)

[2007] Il y a 25 ans cette année que la communauté des Frères s’est implantée à LA GRAND-COMBE, dans le quartier [des] H.L.M. de TRESCOL.

Pourquoi cette implantation il y a un quart de siècle ?

Les Frères sont arrivés dans notre région, il y a tout juste trois siècles. Rappelons qu’au printemps dernier, l’école de La Salle d’ALÈS a célébré le 300ème anniversaire de l’arrivée des Frères dans cette ville. Cette arrivée, du vivant de St Jean Baptiste de La Salle, le Fondateur des Frères, répondait à un appel pressant de l’Évêque du diocèse.

Puis, au 19ème siècle, au début de l’exploitation des mines, la direction de la Compagnie a fait appel aux Frères pour prendre en charge l’école de garçons de LA GRAND-COMBE.

La communauté fut créée en 1849. Par la suite, deux autres écoles de Frères furent ouvertes, l’une à CHAMPCLAUSON, l’autre à LA LEVADE. La communauté de La GRAND-COMBE vécut, en 1947, la tourmente qu’entraîna pour l’école des Frères la nationalisation des houillères, à savoir l’intégration de cette école, propriété de la [Cie des] mines, dans l’enseignement public. Un important mouvement de résistance se développa alors parmi les parents d’élèves de cette école pour s’opposer à cette décision, mouvement qui, finalement, se concrétisa par la construction d’une nouvelle école, la Villa Béchard.

C’était toujours l’école de garçons, avec deux sections, école et collège, les Frères étant entourés d’une solide équipe d’enseignants laïques, dont plusieurs sont toujours parmi nous. D’ailleurs, ils évoquent volontiers quelques noms de Frères qui les ont particulièrement marqués : F[rère] Marcel, directeur de 1940 à 1956, F. René, F. Jules, F. Serdieu, F. Joseph…

En 1968, avec l’introduction de la mixité, l’école primaire quitta la Villa Béchard et rejoignit l’école primaire des filles dans le bâtiment des Soeurs de St. Vincent de Paul, ce fut la création de l’École St. Pierre.

La communauté des Frères se réduisait au fil des années, faute de recrutement, et elle fut fermée en 1972, le collège de la Villa Béchard continuant avec une équipe de laïcs sous la direction de Marguerite Rey.

Au cours de la décennie 1970-80, trois Frères vinrent successivement à La Grand-Combe pour un recyclage apostolique d’un ou deux ans, en lien avec l’équipe des prêtres et avec des militants chrétiens adultes.

Au début de l’année 1980, l’équipe des prêtres de La Grand-Combe adressa aux responsables de l’Institut des Frères en France un appel en vue de la création d’une petite communauté à La Grand-Combe. Voici quelques extraits de la lettre de demande :

« La présence parmi nous de quelques frères en recyclage apostolique nous a confirmé un certain nombre de convictions sur la vie religieuse et son importance dans notre monde et pour l’Église. Nous avons plus particulièrement apprécié :

1. Leur présence auprès d’un monde populaire, habitant sur un quartier, TRESCOL, qui est presque le quart-monde. Ils étaient proches de toute une population de travailleurs, d’immigrés et même de militants adultes très engagés.

2. Leur souci apostolique : à l’écoute des gens, au service des mouvements pour fonder l’Église. Aujourd’hui, des personnes ont conscience de découvrir en eux un visage de l’Église.

3. Leur manière de vivre leur consécration religieuse ; bien que ne vivant pas en communauté, ce qui a limité leur témoignage, ils ont donné un réel témoignage de pauvreté et d’obéissance par l’écoute et leur disponibilité. Tout cela nous a permis de préciser ce que nous entrevoyons depuis longtemps, et nous amène aujourd’hui à vous faire une demande précise : ce que nous avons commencé à vivre avec des frères, ne serait-il pas possible de le poursuivre par la fondation d’une communauté ? …

Nous verrions bien l’implantation d’une communauté de deux ou trois frères sur le quartier de TRESCOL, formé en majorité de travailleurs, d’immigrés, de marginaux…
Ce projet peut se vivre avec l’équipe de prêtres et en lien avec les mouvements déjà implantés sur le secteur …

C’est parce que nous croyons profondément à la vie religieuse, à son signe pour aujourd’hui, que nous faisons cette démarche en souhaitant bien sûr qu’elle trouvera de votre part un accueil favorable. »

La réponse de l’Institut à cet appel fut effectivement favorable et le responsable général pour la France fit connaître ce projet de création, en même temps que quelques autres, à tous les Frères , faisant appel aux volontaires. C’est ainsi qu’à partir des réponses, il put constituer la communauté de trois frères qui allait s’implanter à TRESCOL, à la rentrée 1982.

Quelques mois avant l’implantation eut lieu à La Grand-Combe une rencontre qu’on peut qualifier de « fondatrice » parce qu’elle réunissait, avec les frères pressentis et les responsables de l’Institut des Frères, l’équipe des prêtres de La Grand-Combe, des représentants des trois Mouvements A.C.O., J.O.C., A.C.E. et les responsables du Collège Villa Béchard et du Lycée Professionnel Pasteur, soit une vingtaine de personnes autour de la table. Chacune de ces instances a pu dire par ses représentants ce qu’elle attendait de la présence d’une communauté. On peut dire que l’ensemble de ces interventions a donné à la communauté les grandes lignes de son projet.

Expression de l’A.C.E. : 

« – Que les Frères soient attentifs à la vie des enfants du Monde Ouvrier…

– Qu’ils permettent à des enfants de fonder un club, surtout dans un quartier où il n’y a pas d’enfants en Mouvement.

– Qu’ils vivent leur insertion en lien avec une Église en classe ouvrière.

– Ils vont vivre dans un quartier. Qu’ils participent avec les gens à la vie du quartier.

– Qu’ils réfléchissent à partir de leurs engagements avec d’autres laïques et religieuses.

C’est important que le Monde Ouvrier soit porté dans la prière, et une communauté de frères, c’est aussi pour cela. »

[Expression] de la J.O.C. :

« – Qu’ils soient partie prenante des priorités de la fédé J.O.C., en faisant un « défrichage » au niveau des gars et des filles au travail et au chômage et des ados.

– Qu’ils accompagnent les équipes qui peuvent naître.

– Qu’ils aient le souci de faire naître et de soutenir des délégués, des responsables.

Pour nous, que vous viviez en communauté et au service des Jeunes du Monde Ouvrier, en essayant de fonder la J.O.C., c’est important pour toute la jeunesse ouvrière.
C’est pour nous un signe de Jésus-Christ.

Nous pensons que dans votre vie de communauté ce sera important de dire à Dieu ce que vous vivez, ce dont vous êtes témoins, ce que vous partagez et faites vivre dans la jeunesse ouvrière.

On espère que la communauté sera durable ; il faut déjà 2 ans pour faire connaissance avec le milieu ; il faut que ça continue. »

[Expression] de l’A.C.O. :

« – Que les frères ne soient pas ‘à notre service’ mais ‘avec nous’, qu’ils soient vraiment des habitants de Trescol, parmi les gens de Trescol.

– Qu’ils soient avec nous en A.C.O. , non pas pour s’informer, mais en étant chercheurs de Dieu avec nous, à partir de ce qu’ils vivront avec les gens du quartier ou [avec] les jeunes ou [avec] les militants.

Il nous paraît qu’à cette condition, s’occuper d’un club A.C.E. ou d’un groupe de jeunes, ce sera vrai, parce que, sur le quartier, il y a des enfants qui forment des bandes et des jeunes et ils seront parmi eux.

Le fait de vivre en communauté, c’est déjà un signe de ce qu’on vit en Monde Ouvrier : s’en sortir ensemble, vivre en Peuple. »

[Expression] d’ « Éducateurs et Laïcat »
(équipe d’enseignants de la Villa Béchard
et du Lycée Professionnel Pasteur) :

« – Nous attendons un témoignage de vie de frères, une présence du spirituel.
– Qu’ils nous aident à connaître la vie de ces jeunes que nous ne voyons qu’à l’école et dont nous sommes en partie responsables.
– Qu’ils nous interpellent continuellement sur ce que nous voulons et faisons, pour nous aider à avancer dans notre projet qui est de servir, par l’école, les jeunes du Monde Ouvrier. »

Quel programme ! Quelles attentes !

C’est donc au cours de l’été 1982 que la communauté de trois Frères s’implanta dans un logement H.L.M. de Trescol où elle est encore aujourd’hui.

Au fil de ces 25 années, quelques visages ont changé, mais c’est la même Mission qui continue à la suite de Saint Jean-Baptiste de La Salle.

§

Source : sud.lasalle-fec.org
Paru en : 2007

Reblogué par : Mas de la Regordane / GD
Première Publication : 28.01.2018
Dernière mise à jour : 29.01.2018

Le sport à La Grand-Combe

269_001_30-la-grand-combe-societe-de-gymnastique

La Grand Combe : associations Sportives

Où pratiquer votre sport individuel ou collectif sur la ville de La Grand-Combe (30110)?

LISTE DES ORGANISMES

Amicale des Algériens en Europe
Buts : défendre les intérêts moraux et matériels de ses membres ; oeuvrer pour le rapprochement des peuples et la cohabitation de toutes les communautés ; développer des activités culturelles, sociales, éducatives, pédagogiques et sportives et susciter des liens d’amitiés entre ses membres.

28, rue du Planas, Trescol 30110 La Grand-Combe

Association Citoyenne et Culturelle d’Education Populaire de Trescol
Buts : retisser du lien social ; favoriser l’expression et la participation ; développer des initiatives solidaires ; mettre en oeuvre des activités culturelles et sportives.

12 rue de Trescol, 30110 La Grand-Combe

Association de Boxe Grand’combienne M.N
Buts : assurer le développement de la boxe et la réinsertion par le sport.

23 rue Mistral, 30110 La Grand-Combe

Association Renouveau des Cités Cévennes-Champclauson A.A.E./A.R.C.C.C./A.A.E
Buts : représenter le quartier des Cévennes et celui de Champclauson ; permettre à ses adhérents de s’exprimer par le biais de l’association et développer la pratique du sport, notamment le football.

28, rue de Planasse, 30110 La Grand-Combe

Association Sportive du Collège Villa Béchard
Buts : mise en place d’activités sportives avec l’ensemble des élèves

3, rue Villa Béchard, 30110 La Grand-Combe
Thierry PRETOT, chef d’établissement coordinateur
tél : 04 66 34 12 59

Association Sportive Lycée Professionnel Privé Pasteur
Buts : organiser l’E.P.S. et la pratique des sports dans l’établissement ; participer aux compétitions dans le cadre de l’U.N.S.S. et de l’U.G.S.E.L.

lycée rue Pasteur, 30110 La Grand-Combe

Avenir Sportif Grand’combien
Association de type : Sports, activités de plein air.

Café du Commerce, rue Anatole-France, 30110 La Grand-Combe

Boxing-Club Lous Pelous
Buts : permettre aux adhérents de pratiquer des activités sportives et en particulier la boxe anglaise.

7 rue du Brugas, 30110 La Grand-Combe

Complexe Terre Accueil  

Buts : échanges culturel et sportif (pratique du skate board, vélo, rollers).

5 rue des Tilleuls, 30110 La Grand-Combe

Centre Formation Karting Praga
Création de Centre de Formation et Enseignement à la Pratique du Karting Praga Buts : attribution des agréments d’exploitation du nom praga kart academy et aides et conseils à la création de centre de formation praga kart academy.

42 rue du Riste, 30110 Grand-Combe

Diabolik Team
Buts : se rendre sur les manifestations de voitures tuning

4 rue de Trescol, 30110 La Grand-Combe

Espoir Cycliste Grand’combien Omnisports Fsgt
Association de type : Sports, activités de plein air.

2 chemin de la Haute Levade, 30110 La Grand-Combe

LcFootballeurs193X

Esprit Coeur à Corps
Buts : pratiquer l’éducation physique et sportive de tous les publics et plus particulièrement des populations ayant subi des atteintes cardiaques et à qui il est recommandé de s’inscrire dans un processus de réadaptation cardiaque

Annexe de la mairie, square Mendès-France, 30110 La Grand-Combe

Fitness-Sport pour Tous
Buts : pratique de sport en salle, pleine nature et piscine permettant une remise en forme adaptée ; organisation de manifestations de promotion sportive (spectacles, rencontres sportives, loto).

6 place Baptiste Marcet, 30110 La Grand-Combe

Groupement des Pêcheurs Sportifs Haut-Cévenol
Buts : pratiquer la pêche à la mouche en eau douce ; organiser des compétitions et promouvoir la pêche sportive ; protéger l’eau et son environnement.

2 rue des Châtaigniers, 30110 La Grand-Combe

Lachtouteam-Cévennes
Buts : organiser, promouvoir et développer des activités physiques et sportives.

2 rue des Pervenches, 30110 La Grand-Combe

Les P’tits Loups
Buts : animations sportives, culturelles et éducatives à destination de la petite enfance

9, rue des Ecoles, La Levade 30110 – La Grand-Combe

Office Intercommunal du Sport du Pays Grand’combien
Buts : soutenir, encourager et provoquer tous les efforts et toutes les initiatives tendant à répandre et à développer pour tous la pratique de l’éducation physique et sportive, du sport, des activités de loisirs à caractère sportif et le contrôle médico-sportif ; faciliter, dans les mêmes domaines, une coordination des efforts,…

Annexe mairie, square Mendès-France 30110 La Grand-Combe

Retro Méca Sport
Buts : promotion des sports mécaniques et des véhicules anciens, rendre les sports mécaniques accessibles à chacun, amélioration de l’image de l’automobile et des sports mécaniques, la renaissance et la conservation de véhicules d’ époque, l’organisation de courses, rassemblement, sorties ou toute autre manifestation, la formation à la mécanique, …

286 la Trouche et Castilhon, 30110 La Grand-Combe

Shotokan Karaté Do Grand’combien
Buts : promouvoir le karaté dans les règles imposées par la fédération française de karaté disciplines associées et dans le plus grand respect de l’esprit sportif.

1 rue ?(impasse) Wagner, 30110 La Grand-Combe

§

Collation et mise en page : Mas de la Regordane / GD
Première publication : 05.01.2018
Dernière mise à jour : 05.01.2018