La maison du mineur de la Grand-Combe

S’il est un lieu qu’il faut absolument visiter, lors de votre passage à La Grand-Combe, c’est bien la maison du mineur.

VISITE À LA MAISON DU MINEUR DE LA GRAND COMBE

En vacances dans le Languedoc, j’ai profité d’une journée un peu grise (rare dans la région en ce mois de juillet 2014) pour faire un saut à la Maison du Mineur du Puits Ricard à LA GRAND COMBE dans le Gard.

À l’entrée d’ALÈS, un petit panneau ‘’Mine-Témoin’’ attire mon attention ; on s’égare dans quelques petites ruelles un peu étroites et on arrive à un petit bâtiment bas. Comme ce créneau n’était pas prévu, on n’entre pas. Un peu de matériel minier entoure le local (locomotive électrique, berlines, …), ce sera pour une autre fois ; apparemment, des expositions et des projections sont proposées aux visiteurs. À proximité, il y a un chevalement un peu bizarre (j’apprendrai un peu plus tard dans l’après-midi que c’était celui d’une mine-école) et un terril pointu très verdoyant (les gens d’ici disent ‘’crassier’’). En repartant vers LA GRAND COMBE par la CD 106, on passe devant le chevalement de la Fosse FONTANES magnifiquement repeint en rouge foncé (la tour d’extraction bétonnée du puits DESTIVAL en T a été détruite).

ales01.jpg

Mine-témoin d’ALÈS

ales02.jpg

Locomotive de jour pour les berlines

La route sinueuse longe le Gardon et elle nous amène à LA GRAND COMBE où la Maison du Mineur n’est pas très bien indiquée. La Vallée Ricard était un grand ensemble avec les puits d’extraction, les installations du jour (lampisterie, criblage, triage, lavoir, agglomération Verrerie, centrale électrique), les wagons-trémies, les locomotives et les kilomètres de rail reliant toutes les fosses et industries voisines. Bien sûr, la plupart des bâtiments et toutes les machines ont disparu mais ce qui reste est en excellent état : le puits principal, les cages à deux étages, la salle des pendus, l’unité de culbutage des berlines et la salle des machines.

  
Chevalement de la mine-école Terril d’ALÈS Puits Fontane

La route sinueuse longe le Gardon et elle nous amène à LA GRAND COMBE où la Maison du Mineur n’est pas très bien indiquée. La Vallée Ricard était un grand ensemble avec les puits d’extraction, les installations du jour (lampisterie, criblage, triage, lavoir, agglomération Verrerie, centrale électrique), les wagons-trémies, les locomotives et les kilomètres de rail reliant toutes les fosses et industries voisines. Bien sûr, la plupart des bâtiments et toutes les machines ont disparu mais ce qui reste est en excellent état : le puits principal, les cages à deux étages, la salle des pendus, l’unité de culbutage des berlines et la salle des machines.

Nous sommes accueillis chaleureusement par les bénévoles présents (anciens mineurs pour la plupart) dans la salle des pendus devenue le cœur du musée ; le tarif de l’entrée est dérisoire (5€)… Un groupe d’une dizaine de visiteurs passionnés de la mine venant de différentes régions se crée autour du Grand Marcel, c’est le surnom de notre guide. C’est un personnage haut en couleurs avec un merveilleux accent cévenol qui se marie très bien avec son humour de chaque instant. Ce Grand Marcel, c’est un puits de science qui manie aussi bien les chiffres (teneurs maximales du méthane et du dioxyde de carbone, pourcentages de carbone dans le charbon, pourcentages massiques des cendres, vitesses de la cage, puissances des moteurs, pression à la sortie des compresseurs, …) que les explications pédagogiques (formation du charbon, géologie des terrains, principe des soutènements, nature des travaux de creusement, …). Il se plaît pourtant à dire qu’il n’a pas beaucoup fréquenté les bancs de l’école car il a commencé à la mine à 14 ans ! Tout ce qu’on apprend de sa bouche concernant le matériel de sauvetage, les outils du mineur (très belle collection de lampes de toutes sortes en particulier), les conditions de travail au fond et l’ambiance entre les hommes) est passionnant, ça sent le vécu ! Le Puits Ricard, c’est sa fosse, c’est sa vie et bien sûr, c’est le meilleur charbon du monde qui a été extrait là ! Malgré l’humour permanent, on sent quand même dans les propos quelques pointes de nostalgie. Comme tous les mineurs de France et d’ailleurs, il avoue que malgré la dureté du métier, il a quand même vécu dans ce puits des années formidables et il regrette que l’exploitation a cessé si vite. ‘’On en a extrait du charbon ici, des millions de berlines !’’.

ales06.jpg

Le puits Ricard et la salle des machines au premier plan

L’entrée du musée Cuffat et cage à deux étages Salle des pendus
Une belle collection de lampes Four pour analyser le charbon

Chromatographe en phase gaz

On sort du bâtiment, la visite continue sur le carreau de la fosse :

– Le puits principal haut de 31 m, profond de 801 m et de diamètre 5,50 m, domine l’ensemble ; il a été creusé entre 1932 et 1934 et est entré en fonction en 1935. Initialement en acier, il a été renforcé par du béton à la suite d’un énorme incendie qui a duré sept heures le 3 décembre 1938 et qui a fait deux morts.

  • Le local de culbutage des berlines à proximité du puits est encore là (le charbon récupéré était emmené sur un tapis roulant vers le lavoir voisin qui n’existe plus).

  • La salle des machines est encore très bien entretenue (machine d’extraction munie d’un tambour de 6,10 m de diamètre en traîné par un moteur à courant continu de 1200 CV, 560V ; local du machiniste ; poste électrique de 5000 V, groupes convertisseurs, compresseurs d’aération 7 bar, …).

On apprend que la vitesse de déplacement de la cage à deux étages et qui pèse 8,7t à vide n’est pas toujours la même : 9 m/s pour les hommes et 13 m/s quand elle remonte quatre berlines pleines de charbon (11,2 t, soit près de 20 t en tout).

La machine d’extraction Un des gros compresseurs Chapeau au Grand Roger !

De 1935 à 1978 (date de sa fermeture), la fosse Ricard a exploité trois grosses veines d’anthracite d’excellente qualité et d’épaisseurs 4,70 m, 1,70 m et 10,50 m entre -738 m et -795 m ; la recette principale se situait à l’étage -677 m. La production totale a été de 5 745 millions de tonnes de charbon net.

A la fin de la visite (deux heures en principe), les questions continuent de fuser au grand plaisir du Grand Roger qui est incollable et qui y répond instantanément avec beaucoup de pédagogie, avec une grande précision et avec toujours une anecdote croustillante. Chapeau l’Ancien !!! Tous les visiteurs repartent enchantés, la tête pleine (même saturée) d’images de la mine.

Le site Ricard de la GRAND COMBE mérite assurément le détour. Un grand merci à tous les mineurs bénévoles qui se sont battus pour l’existence de ce musée remarquable et qui n’ont pas compté leurs heures pour l’aménager et recevoir les visiteurs.

La maison du mineur

Jusqu’au 31 août
Du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h30 à 18h
Dimanche et jours fériés de 14h30 à 18h30

Du 1er septembre au 20 décembre
Du mardi au samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 17h Le dimanche de 14h à 17h

Vallée Ricard, 51 rue des Poilus – 30110 La Grand-Combe
Tél. / Fax : 04 66 34 28 93
maisondumineur.pgc@gmail.com
www.paysgrandcombien.fr
Mine Témoin d’Alès : www.mine-temoin.fr/

Article et photos Georges TYRAKOWSKI (association APPHIM)
Photos prises et diffusées avec autorisation

Date de création : 06/09/2014 @ 10:49
Catégorie : L’asso et ses actions – Les musées de la mine

§

Une p’tite chansonette pleine de nostalgie d’Edmond Tanière …
https://www.facebook.com/les.gueules.noires/videos/1950293984988870


§

Reblogué pour information par : Mas de la Regordane
Première publication : 17.12.2017
Dernière mise à jour : 22.06.2018

 

Publicités

4 réflexions sur “La maison du mineur de la Grand-Combe

  1. La Grand-Combe : un nouveau spectacle son et lumière à la Maison du mineur
    Marcel Larguier, ancien mineur, a raconté, avec les bénévoles des Amis du musée du mineur, l’histoire du Puits Ricard aux comédiens.
    Marcel Larguier, ancien mineur, a raconté, avec les bénévoles des Amis du musée du mineur, l’histoire du Puits Ricard aux comédiens.
    L. Z.
    Publié le 17/07/2018 à 14:34 / Modifié le 17/07/2018 à 15:07

    Un voyage auprès du Puits Ricard quatre jeudis dans l’été, du 26 juillet au 16 août.
    Un spectacle son et lumière nouvelle génération va animer le Puits Ricard, à La Grand-Combe cet été.

    L’association Luminagora/ AC Prod s’est vue confier la création de cette nouvelle animation qui sera proposée les jeudis 26 juillet, 2 août, 9 août et 16 août. Spectacle vivant, mapping vidéo, aussi appelé fresque lumineuse, seront associés pour faire revivre l’histoire et la mémoire des générations de mineurs qui ont travaillé sur ce site, classé au registre des Monuments historiques.

    Pour le spectacle, accueil du public dès 22 heures. Adultes : 5 €, gratuit pour les moins de 14 ans. Pas de réservation.

    Midi Libre Alès @MidiLibreAles
    La maison du mineur de La Grand-Combe accueille un nouveau spectacle son et lumière les jeudis de l’été, dès le 26 juillet.

    Le musée de la Maison du mineur est ouvert du mardi au dimanche, de 9 h à midi et de 14 h 30 à 19 h en juillet et août (5€ adultes, 3 € de 6 à 14 ans). Dernière visite guidée à 17 h 30. A visiter également, la Maison des métiers anciens toute proche (04 66 86 57 85).

    L. Z.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.